La ville universitaire de Talence est un secteur très recherché
La ville universitaire de Talence est un secteur très recherché

Sans surprise, la ville universitaire de Talence demeure un secteur très recherché, où la pénurie de biens disponibles, notamment de maisons, se fait ressentir.

De l’avis partagé des professionnels de l’immobilier sur le secteur, Talence est un marché qui se porte (très) bien. « Le marché est très dynamique, porté par des taux d’intérêt très bas, et les biens manquent pour faire face à la demande », confirme Jonatan Hallengren, de l’agence Laforêt. Entre le pôle universitaire, les nombreuses entreprises présentes sur le territoire, l’excellente desserte des transports en commun et l’attrait du cadre de vie talençais, la commune attire des profils divers. « Talence présente un éventail de demandes très large, entre les acquéreurs de résidence principale, les investisseurs locatifs et les ménages qui achètent un bien pour leurs enfants étudiants », ajoute Sandrine Jan, de la Bourse de l’immobilier. De fait, les petites surfaces sont particulièrement recherchées. D’autant que, sur ce segment, de nouveaux acquéreurs sont apparus sur le marché. « Nous voyons aujourd’hui arriver des personnes qui quittent l’agglomération parisienne, vendent leur résidence principale pour s’installer ici. Dotées de budgets importants, elles réinvestissent le surplus dans des studios, ce qui accroît la pression sur ce type de biens », détaille Sandrine Jean. Résultat, les appartements à visée locative se vendent très vite, « en quelques visites à peine ». Comme ce studio de 19 m² vendu 98 000 euros, un prix au mètre carré proche de ce que l’on trouve à Bordeaux.

Tlance
Talence

Côté résidences principales, la demande est très forte dans la zone située entre Peixotto et la Barrière Saint-Genès. Parmi les biens les plus recherchés, figurent les maisons des années 1960 pour des budgets entre 250 000 et 300 000 euros.

Échoppes à rénover : 250 000 euros + 100 000 euros de travaux

Pour y ajouter le charme de la vieille pierre, le ticket d’entrée est plus élevé. « Très recherchées, les échoppes à rénover se vendent aux alentours de 250 000 euros, auxquels il faut rajouter 100 000 euros de travaux. Les échoppes en bon état démarrent à des budgets de 300 000 à 350 000 euros pour les premiers prix », explique Jonatan Hallengren. Voire plus pour des prestations supérieures, comme cette maison de pierre de 125 m² habitables avec 300 m² de jardin et piscine, partie en vingt-quatre heures à 425 000 euros. Pour trouver des prix plus abordables, il faut mettre le cap sur le sud de la ville, après le lycée Victor-Louis. On y trouve pour le prix d’une petite échoppe des maisons des années 1970 ou 1980 avec de beaux volumes, des jardins plus importants et des garages, prestations introuvables dès que l’on se rapproche de Bordeaux. Autre option, renoncer au jardin et se diriger vers les appartements, d’autant qu’ils représentent les deux tiers du parc immobilier de la ville. « Les appartements sont une alternative intéressante pour les jeunes retraités ou les familles qui ont besoin de volume sans avoir le budget pour une maison. Le choix est plus large et on peut trouver des surfaces de 90 à 100 m² entre 200 000 et 250 000 euros, dans des résidences proches du tram. » À titre d’exemple, un T4 de 103 m² dans une résidence de qualité s’est récemment vendu 210 000 euros.

Thouars en métamorphose

Après trente mois de travaux, achevés en avril, le coeur du quartier Thouars présente un nouveau visage. L’opération, menée par le bailleur Domofrance, Bordeaux Métropole et la Ville de Talence, visait à rendre le coeur du quartier plus attractif et plus vivant, en favorisant les circulations autour des commerces. Et le changement est spectaculaire.

Nouvelles voies de circulation, rond-point pour réduire la vitesse, larges trottoirs et pistes cyclables… les aménagements permettent d’accéder facilement aux commerces de proximité, installés dans de tout nouveaux bâtiments, qui abritent également des logements locatifs et étudiants.

Une deuxième phase devrait être lancée, pour poursuivre la requalification sur l’îlot sud.