La prise de conscience écologique est en marche
La prise de conscience écologique est en marche
Cédric Martineaud suit les tendances de la maison
Cédric Martineaud suit les tendances de la maison

Cédric Martineaud est scénographe et directeur de création au sein de l’agence parisienne 14 Septembre, spécialisée dans la filière création-design. Pour ce déchiffreur de tendances, la prise de conscience écologique est en marche avec l’éco-conception.

« Sud Ouest Le Mag ». Quelles sont les tendances de l’année 2016, en matière de décoration intérieure et extérieure ?

Depuis déjà trois ou quatre ans, on assiste au retour des matériaux dits « nobles » comme le bois, le marbre et les métaux, souvent associés à des matières tout aussi nobles, comme le lin. L’ensemble se décline dans des couleurs sourdes donnant un sentiment de confort comme des bleus profonds et denses, des verts dans une déclinaison très large. On apporte des touches de couleur par le biais des textiles comme les coussins, les rideaux, ou encore les tapisseries qui font leur grand retour.

Tout cela va dans le sens du contexte économique, social et environnemental. On se replie sur soi à la maison, on veut un cocon protecteur et rassurant, puis on ajoute de la couleur pour plus de gaieté. Fini, les ambiances froides, place à la fantaisie. Terminé, le « total look », place au mix de tendances. On mélange les marques à petits prix avec de belles pièces signées, comme dans la mode. On voit aussi revenir quelques tendances oubliées comme le macramé, mais en version contemporaine, et de manière générale le tressage se décline partout. Les tapis envahissent les espaces et se jouent d’effets « used », mélangeant motifs classiques et contemporains dans de jolies gammes de couleur

L'éco-conception à l'honneur
L’éco-conception à l’honneur

Les questions environnementales sont-elles davantage prises en compte par les fabricants et designers ?

C’est une question essentielle aujourd’hui. De nombreuses marques prennent en compte ces enjeux à différents niveaux. Tout d’abord dans le « sourcing » des matériaux, en vérifiant leur provenance. En France, les importations de bois sont très encadrées, mais l’empreinte carbone reste importante. Un exemple de matériau noble et local : le lin. Il provient à 80 % d’Europe du Nord. Il est peu consommateur en eau (pour une chemise en lin, vous économisez 80 % d’eau par rapport à une chemise en coton), il est entièrement utilisé, des racines à la pointe de sa tige. Il a des propriétés nutritives, mais surtout des propriétés techniques incroyables. À partir du lin, on fait des rideaux, de la moquette, du linoléum, mais aussi des fauteuils puisque sa résistance est identique au carbone, de l’isolation, et tout cela avec des procédés « propres ».

C’est l’exemple type de matériau aujourd’hui utilisé dans la décoration, dont nous disposons à portée de main tout en étant beau et respectueux de l’environnement. Dans les phases de conception, également, on réduit la consommation de matière, on réduit le volume de mobilier et donc l’impact CO2 lié au transport (le meilleur exemple étant Ikea avec son paquet plat). Et on développe de nouveaux procédés de fabrication. Toute la chaîne de création est impactée par cette prise de conscience écologique. On peut véritablement parler d’écoconception, d’autant que la nouvelle géné- ration de designers a été éduquée avec cette conscience.

Le « do it yourself » a-t-il toujours la cote ?
Il suit la mode et les tendances. Il y a quelques années, les émissions de déco étaient en vogue à la télévision. De fait, beaucoup de personnes se sont jetées dans la déco faite maison. Aujourd’hui, les émissions de cuisine sont en vogue, et on délaisse un peu la déco pour les casseroles ou le jardin…

Où trouve-t-on l’inspiration aujourd’hui ? Qui donne la tendance ?
Hier, le ton était donné par quelques magazines. Aujourd’hui, ces supports ont changé de statut. Ils ne sont plus initiateurs de tendances, mais ils vont confirmer, affiner, rendre lisible une tendance. Car il faut le reconnaître : tout se passe sur les réseaux sociaux, comme Instagram, Pinterest et Facebook, où le nombre de publications liées à la déco est impressionnant. Les blogueurs dit « influents » le deviennent de plus en plus, et les marques chouchoutent ces nouveaux prescripteurs. Mais je pense qu’il faut aborder la déco comme la mode : regardez et observez les tendances, mais suivez votre instinct pour composer un espace qui vous ressemble, à votre image, dans lequel vivre le mieux possible.