Texte : MEJDALINE MHIRI

Même dans le quartier prisé de Victor-Hugo, il est possible de devenir propriétaire d’une petite maison avec un extérieur pour 121 000 €, sans travaux

Qu’on se le dise, le marché de l’immobilier en Charente se porte bien. Depuis trois ans, les transactions se maintiennent à un rythme régulier grâce à des taux d’emprunt et un prix au mètre carré bas. Selon la Chambre des notaires, le prix au mètre carré médian* varie entre 1 000 et 1 500 €, sans travaux, sur les maisons anciennes. Si bien qu’en 2018 les ventes immobilières ont continué d’augmenter, avec un prix médian* se situant à 126 300 €.

Même dans les quartiers prisés de la préfecture charentaise, pourvu que l’on soit réactif, devenir propriétaire en plein centre-ville est possible, sans même ré- nover. « J’ai visité cette maison après 13 personnes, se rappelle Faustine Devenne, 29 ans. Les choses étaient déjà bien avancées avec un acheteur potentiel qui s’est finalement rétracté. Comme je connaissais les propriétaires, ils m’ont gardé la maison. Sur les autres offres que je voyais, il y avait beaucoup de travaux ou les prix n’étaient pas abordables. Ici, j’ai juste refait un peu de peinture. »

« TRÈS PRÈS DE MON TRAVAIL »

La Charentaise n’avait qu’un apport de 10 000 € avant d’acquérir ce bien de 78 m2 acheté 121 000 €. Le T3, transfor- mé en T2, comprend une cave et un ex- térieur d’un peu moins de 40 m2 et se si- tue dans le quartier Victor-Hugo, extrê- mement recherché pour ses nombreux commerces. Mais aussi à deux pas de la gare d’Angoulême (15 minutes) et de la mairie. « Je suis aussi très près de mon travail en voiture. Beaucoup d’amis à moi ont acheté dans les rues aux alentours. Le quartier est vraiment dynamique et le stationnement est gra- tuit. Les dimanches, je vais au marché au bout de ma rue. »