maison connectée

La maison devient connectée et se pilote avec un téléphone. Le point sur ce marché en pleine expansion

Le smartphone, car il est devenu intelligent, offre un large éventail de possibilités fort de ce contat: « On peut tout faire depuis son téléphone portable. On peut véritablement piloter sa maison depuis son portable », explique Cédric Martineau, dénicheur de tendances des salons Vivons (ex Conforexpo). Aujourd’hui, tout est possible en un seul glissement de doigt : se faire couler un café, lancer le chauffage, la musique, ouvrir les volets, faire un tour du propriétaire en actionnant les caméras de surveillance… S’il est un secteur qui évolue à grand pas c’est bien celui-là. « Il existe un système très performant de domotique pure. On relie un réseau à une centrale qui gère tous les éléments de la maison. Cela marche remarquablement, mais ce sont des travaux assez lourds car il faut câbler l’ensemble de la maison. » Un investissement à anticiper si l’opération se fait pendant une construction ; mais pour une rénovation, c’est un peu plus compliqué.

De 70 000 à une centaine d’euros

Entre 50 et 70 000 euros. « Mais il existe aujourd’hui des solutions plus légères, poursuit Cédric Martineau. Une pléiade de start-up développe des objets connectés : cela va de l’alarme, à la balance en passant par le détecteur incendie. Là, nous sommes sur des budgets de quelques centaines d’euros. » Seul problème, chaque objet nécessite son application. Et on se retrouve rapidement avec 30 applications pour une seule maison. Cela n’a pas échappé aux opérateurs téléphoniques qui sont en train de préparer des kits maisons connectées qui s’adaptent sur chaque box, cela permet de n’avoir qu’une seule appli pour tout gérer. Ces mêmes opérateurs (notamment SFR et Orange) investissent également dans des entreprises qui travaillent sur les objets connectés pour maîtriser toute la chaîne. « Nous sommes sur une tendance lourde car la majorité des gens vivent avec leur tablette et leur téléphone. C’est comme une greffe », conclut Cédric Martineau.

Pilotage à distance

Pour le moment, les objets connectés se concentrent essentiellement sur des fonctions de sécurité : alarme, caméras de surveillance. A noter que les alarmes incendies sont désormais obligatoires. Avec les nouveaux systèmes de pilotage à distance, le propriétaire est informé en temps réel d’un démarrage d’incendie. On peut être à des centaines de kilomètres et appeler soi même les pompiers. Idem pour les grands voyageurs, ils peuvent, à condition d’être équipés de caméras, s’offrir un tour du propriétaire au quotidien.
Xavier Sota