effet bois

En intérieur, comme à l’extérieur, carrelages, papiers peints, lambris et bardages imitent à l’envi l’aspect du bois pour en restituer la chaleur. Pour quels avantages ?

Le bois, c’est beau, c’est chaud. Et c’est tendance. Symbole de la construction écologique, il présente un charme indéniable. Matériau noble et naturel, il est agréable au toucher, ainsi, parfois, qu’au nez. Son utilisation est déclinable sous de nombreuses formes, et autant d’aspects. En intérieur, en extérieur, sur les murs ou au sol, le bois peut s’adapter partout. Mais voilà. Le bois est une matière vivante, et il présente toutefois quelques inconvénients, au niveau de l’entretien, et surtout de son coût. Heureusement, le progrès est passé par là. Pour palier ces défauts, de plus en plus de matériaux imitent le bois. Et si ces substituts en carrelage, en PVC ou autres papiers peints ne proposent que peu d’avantages similaires au bois véritable, ils ont pour eux essentiellement, de ne pas en présenter les désagréments. Petit tour d’horizon de ces contournements.

Le carrelage

Il y a bien évidemment, et surtout, le carrelage, dont l’effet peut être assez bluffant. « On en vend de plus en plus », assure Ahmed Bey, responsable des achats chez AB Carrelage, à Libourne (33). « Il y a l’aspect bois sans ses inconvénients, notamment au niveau de l’entretien. » Une tendance qui s’affirme depuis maintenant deux ou trois ans. Aucun type de traitement spécial n’est effectivement nécessaire, si ce n’est l’entretien classique d’un carrelage. Il est également plus résistant à l’usure qu’un parquet traditionnel en bois. Tant à celle provoquée par les passages, le temps, et le rayonnement du soleil. Bon, c’est un peu plus froid sous les pieds le matin, quand même…

Le papier peint

L’avantage du papier peint c’est que l’on peut tout reproduire : les essences, les teintes, les styles… Les imitations sont devenues extrêmement réalistes. Cet univers bénéficie lui aussi du net regain d’intérêt pour le « naturel ». Là encore avec une palette de décors et d’ambiances qui ne cesse de se développer : scandinaves, industriels, campagnards… Tout est possible. Ici, le gros avantage est que la pose du papier peint est bien plus simple que celle de planches de bois, et pas uniquement parce qu’on ne risque pas de laisser un doigt sous le marteau. A n’utiliser uniquement que si c’est le côté esthétique du bois qui motive ce choix, bien entendu.

Le lambris

Au mur ou au plafond, là aussi le « faux bois » est bien présent. Ses avantages rejoignent ceux du papier peint : facilité de pose, entretien plus simple et coût au mètre carré moindre. Avec, comme pour le bois naturel, des capacités d’isolation thermique et phonique. A noter l’existence aussi des panneaux décoratifs recouverts d’une surface imitant le bois, qui s’avèrent bien utiles, car plus rapides à installer que du lambris en PVC par exemple.

Le bardage

On imite le bois dedans, mais aussi à l’extérieur de la maison. Technique utilisée pour couvrir une surface, assurer une isolation thermique et phonique, le bardage a lui aussi séduit les adeptes du « faux bois ». Les bois massifs présentent très souvent le défaut de prendre au fil du temps une teinte grisée qui ne fait pas l’unanimité, et très éloignée des couleurs d’origine. Certains fabricants proposent des lames de bois, du sapin essentiellement, déjà peintes, et qui nécessitent un entretien moins fréquent. Celui des bardages imitant le bois doit être annuel.