Puisqu’il ne s’agit pas d’éléments de chauffage mais de décoration, ces installations ne peuvent bénéficier de crédits d’impôt. La TVA alors appliquée est de 20% pour l’achat et de 10% pour la pose par un professionnel certifié.

Les cheminées à éthanol végétal

Dix ans après leur lancement, ces cheminée décoratives faisant aisément office de chauffage d’appoint en intersaison ont résisté au simple effet de mode. Leur gros avantage : elles nécessitent tout au plus « quatre vis pour les modèles à accrocher ou rien pour ceux à poser, et une pièce suffisamment ventilée », avance Philippe Ni, responsable commercial des Cheminées de l’Atlantique. Aucuns travaux donc, ces bruleurs s’intègrent aussi bien à des cheminées anciennes dont les conduits ont été bouchés qu’à des créations contemporaines. Idéal lorsque l’on est en location ! Eminemment design et déclinés en foyer traversant, îlot, et même en table, les modèles les plus récents fonctionnent avec des bruleurs à allumage par télécommande (de 3500 euros à 7500 euros HT – Glamm fire). Mais que vous choisissiez une cheminée de première génération, à allumage mécanique (à partir de 600 euros – Horus), l’effet sera le même : des flammes qui vacillent et une sensation de chaleur identiques à celles produites par la combustion de bois. Seul bémol : une légère odeur lors de l’allumage et de l’extinction que Philippe Ni, spécialiste de la cheminée à éthanol végétal, dit « réduite pour peu que l’on utilise un combustible dénaturé à 96% ». Quant au son du crépitement du bois… sachez qu’il en existe des enregistrements CD !
Cheminée de l’Atlantique, 85 avenue de Saint-Médard, à Eysines (33). Tél. 05 56 05 61 96. www.cheminees-atlantique.fr

feu-cheminee

Les cheminées électriques

Certainement la pose là plus simple. Une prise électrique et hop, le tour est joué ! Le mieux étant tout de même de la brancher sur la ligne de chauffage de votre logement. Car derrière le design qui reprend les codes esthétiques de la cheminée, rien de plus qu’un radiateur électrique rayonnant. « Ce qui n’en fait pas un produit des plus prisés, car vite gourmand en énergie si on lui demande d’être plus qu’un élément décoratif », note Olivier Roth, responsable secteur chez Leroy Merlin à Gradignan (33). Mais l’effet est là et surtout les premiers modèles s’affichent à seulement 79 euros. Attention, ils sont souvent de « facture moyenne », voire « made in China », puisqu’aucune marque de notoriété ne s’est pour l’heure positionnée sur ce marché secondaire. Des modèles mieux finis, au design galbé intégrant même des bûches synthétiques sont tout de même disponibles dans une fourchette de prix allant jusqu’à 400 euros.
Leroy Merlin, 7 avenue de l’Hippodrome, à Gradignan (33). Tél. 05 56 84 36 00. www.leroymerlin.fr/bordeaux-gradignan

le-feu-sans-cheminee

Cheminées et poêles à gaz

Pour peu que vous optiez pour un aménagement intérieur en briquettes et bûches en céramiques, avec une vitre antireflets, la comparaison avec une « vraie » cheminée sera bluffante ! Et une simple arrivée de gaz (naturel ou propane) est nécessaire. En revanche, à la différence d’un brûleur au bioéthanol végétal, la pose d’une évacuation par ventouse sera nécessaire. A savoir un conduit plus étroit « d’une longueur d’un mètre au-dessus du foyer, dont la sortie à la perpendiculaire dépassera en mur extérieur d’une cinquantaine de centimètres », explique Sandrine Gorguilo de la Boutique du feu. Les foyers à gaz ouverts nécessitent, eux, un conduit d’évacuation semblable à celui d’une cheminée. Mais ensuite, pas de manutention de matière première ni de nettoyage. Quant à l’allumage, il se fait par simple télécommande permettant le réglage de l’intensité de la flamme. Et donc de la chaleur comparable à celle d’un foyer, ce qui en fait un chauffage à part entière. Côté esthétique, « on part d’une boîte autour de laquelle on conçoit l’habillage selon les goûts du client », avance Sandrine Gorguilo qui voit la demande pour ces foyers et ces poêles « progresser de manière constante dans les habitats urbains ». Comptez 6000 euros pour un foyer classique posé avec les finitions quand un modèle grand format (1,70 m – marque Kal fire) coûte jusqu’à 15000 euros. Côté poêles à gaz, plus compacts, de 2500 euros jusqu’à 4500 euros pour un design vintage et émaillé (Dovre).
La boutique du feu, 91 avenue de Magudas, à Mérignac (33). Tél. 05 56 47 43 17. Et allée Ferdinand-de-Lesseps, à Gujan-Mestras (33). Tél. 05 57 15 10 37. www.laboutiquedufeu.com
Marianne Vergnes et Axelle Maquin-Roy