Texte : NATHALIE DAURY-PAIN

Le parc de locations est désormais suffisant pour recevoir les curistes

La station thermale – qui attire 17 000 curistes par an ne fait pas tout. Même si Jonzac dispose de cet atout, cela ne génère pas pour autant un afflux d’habitants. Les locations sont rentables, mais le parc est désormais suffisant pour recevoir les curistes. Pour les acquisitions, le prix médian (1) d’une maison ancienne est en légère hausse (+ 1,7 % à 122 100 €). Le prix du terrain connaît une hausse significative à 9 %. « Mais cela a tendance à baisser de nouveau, note Olivier Rouby, responsable de l’agence Guy Hoquet de Jonzac. La crise liée aux gilets jaunes a plongé le marché dans le marasme. »

DES PARCELLES À 50 €/M2

Pour envisager une construction, il faut compter de 50 à 60 €/m2 pour une parcelle. « C’est le juste prix, mais certains rêvent encore de céder des terrains à 120 €/m2 », souligne le professionnel jonzacais. Ajoutez à cela des banques de plus en plus « frileuses », et vous aurez un secteur immobilier « mou », selon l’agent immobilier.

« Quant à l’espoir de voir arriver des Bordelais en Haute Saintonge… » Cela s’est produit il y a une dizaine d’années, des gens travaillant à Bordeaux sont venus habiter le secteur de Mirambeau, rap- pelle Olivier Rouby, mais ce phénomène s’est arrêté avec de nouveaux programmes immobiliers à Bègles ou Lormont [en banlieue bordelaise]. » Le marché bénéficie de l’apport précieux de retraités « qui ont souvent découvert Jonzac en venant faire une cure ». Les thermes, on y revient encore et tou- jours dans la capitale de la Haute Saintonge !